Explore

De Histoire 3D Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Logiciel de modélisation, rendu et animation 3D développé et commercialisé par la société TDI de 1986 à 1993.

Commercialisé par Wavefront et enfin Alias|Wavefront jusqu'en 1999


Historique

Avant Explore

Les fondements d'Explore furent développés à l'INA (INA d3D) de 1982 à 1984 par Jean-Charles Hourcade bientôt rejoint par Alain Nicolas (qui travaillait sur un logiciel 2D) puis Daniel Borenstein. Ces logiciels sont alors uniquement utilisés en interne. Ils sont développés d'abord sur des ordinateurs distants puis sur mini-ordinateurs: au début ils n'ont pas d'ordinateur et doivent louer des ressources de calcul à l'extérieur mais ils disposent d'un outil rare pour l'époque: une mémoire d'image (512 x 512 x 3 x 8 bits) fabriquée "à la main" par l'INA pour ses projets 2D. Les premiers logiciels développés rassemblent:

  • un modeleur polygonal et surfacique
  • un logiciel d'animation avec édition de trajectoires
  • des matériaux et textures
  • un rendu solide qui sera la fondation de ce qui suivra
  • une interface utilisateur en semi-temps réel

En juillet 1984 ils produisent leur premier film (bientôt suivi de plusieurs autres): un jingle pour la chaîne de télévision TF1 : "L'été sur le Une".

Les débuts d'Explore

A la création de TDI en 1986 ces outils sont transformés en un ensemble logiciel et commercialisé à partir de 1987, d'abord sous le nom d'"Espace", puis sous le nom d'Explore. Les principaux modules d'Explore sont:

  • le modeleur à base de polygones
  • le modeleur à base de carreaux surfaciques (patch)
  • le module d'animation
  • le module de rendu

Les premières implantations opérationnelles sont sur les environnements maitrisés par les équipes de Thomson ou de l'INA : Gould, Bull SPS-9 et Perkin-Elmer mais Explore est porté et surtout optimisé pour les stations de travail graphiques Silicon Graphics qui viennent d'arriver sur le marché. Elles apportent de la puissance de calcul, un affichage graphique 3D, des interfaces spécialisées, le tout dans un environnement Unix. (bd0217p3)

En 1988 un portage est réalisé sur une des premières cartes graphiques 3D pour PC (sous Unix) fabriquée par Logitec mais la puissance est alors insuffisante. Plus tard, avec l'arrivée d'IBM, Explore sera également porté sur RS6000.

V2 vers octobre 1988

  • Boites de déformation
  • Fast render dans le modeleur
  • ARTIC, premier module d'animation d'objets articulés sur le marché, incluant des algorithmes de cinématique inverse (développé par Laurent Alt qui avait commencé à y travailler lors d'un stage de DEA à l'INA)
  • textures 2D et textures solides

Plus tard

  • interfaces avec les logiciels de CAO et FAO utilisés pour la conception et la fabrication industrielle.
  • gestion de bibliothèques de polices de caractères.
  • optimisations: le rendu le plus rapide du marché.

IBM, octobre 1989

IBM entre au capital de TDI pour 49%

V2.3 janvier 1991

  • nouveau nom d'Explore sur station IBM : TDImage
  • Nouvelle interface utilisateur
    • configuratin libre des fenêtres
    • menus déroulants et boites de dialogue contextuelles
  • 3Design modeleur surfacique et polygonal, opérations booléennes, undo/redo
  • nouveaux modess d'animation
  • cinématique inverse
  • particules
  • Explore Designer avec NURBS
  • disponible sur SGI et IBM RISC 6000

Le tournant de la V3.0

En 1992, la version 3.0 introduit deux nouveautés technologiques très en avance pour leur temps:

  • le modeleur Nurbs 3Design, complément du modeleur de polygones, introduit pour la première fois dans un logiciel d'animation
  • IPR (Interactive Photorealistic Rendering) permettait, grâce à des précalculs et une mise en mémoire des shaders affectant chaque pixel, de mettre au point interactivement des paramètres de rendu en visualisant le résultat en quasi-temps réel. (Jean-Charles Hourcade raconte qu'IPR a résulté d'une discussion à table avec un de ses principaux clients, Georges Lacroix et qu'il est parti à la fin du repas avec la nappe qui contenait les éléments principaux de ce nouveau logiciel). Encore aujourd'hui ce type de fonctionnalité est l'objet d'intense développements dans les logiciels 3D. Elle était à l'époque presque trop en avance sur les capacités matérielles des machines.

Aspects commerciaux

En 1987 Le système est vendu 1,3 MF (logiciel 470 kF, Iris 3130 837 kF) (bd0217p7). La version Logitec sur PC est annoncée à 470 kF tout compris pour septembre 1987 à Parigraph (mars 1987 - Sonovision 1987-05p60)

Outre TDI pour sa propre production d'images, les tous premiers clients sont, dès le début 1987 (cf "La lettre de Sciences & Techniques", n°68, 25 février 1986 :

  • Artefact (Toulouse), livré en décembre 1986
  • INA/Network International (unité de formation des journalistes, rue du Dragon). A déjà Graph9 et PaintBox, produire des images pour les actualités télévisées

bientôt suivis par

puis par Eurocitel, Mikros Image

  • 1988-05 : 35 systèmes vendus dans le monde dont RATP, RAN, LBO (Belgique), Telson (2) (Espagne) (Sonovision), ouverture d'un bureau à LA.
  • 1989-01 : 70 systèmes vendus dont 35 FR, 6 USA, 1 Singapour, reste Europe (Sonovision 1989-01)

Explore a eu un grand succès commercial en Europe et au Japon mais a eu plus de mal à se vendre aux USA et au Canada où la concurrence était bien implantée.

Il a eu beaucoup de succès dans le domaine de l'automobile avec des clients phares dans le domaine du design automobile (Mercedes-Benz, Renault, Honda Motors,...)

  • 1991-01 : 300 systèmes vendus (Alain Béhar in Sonovision 1991-01p32)

En 1991 Explore est numéro un mondial pour les ventes sur le marché de l'animation 3D.

En 1993 TDI est vendu à Wavefront, bientôt racheté par Alias pour devenir Alias|Wavefront qui commercialise Explore jusqu'à sa fusion au sein du logiciel Maya.

En juillet 1998 les bureaux parisiens de R&D sont fermés.

Le groupe des utilisateurs

Explore a eu très vite un "User's group": Explorers. Très dynamique Explorers est présidé d'abord par Georges Pansu, PDG d'Eurocitel puis par Pierre Hénon, professeur responsable d'ENSAD-Aii.

En 1993 les utilisateurs, outrés par la vente d'un fleuron français à une société canadienne, décident de se transformer en groupe d'utilisateurs de logiciels 3D et de changer le nom de l'association en "Virtualisers".

Voir aussi

La conférence de Jean-Charles Hourcade à fmx/09