Maison vole : Différence entre versions

De Histoire 3D Wiki
Aller à : navigation, rechercher
(Voir aussi)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
Film de une minute d'[[André Martin]] et [[Philippe Quéau]] produit par l'[[INA]] et la [[Sogitec]].
 +
 
Premier court métrage français scénarisé réalisé entièrement en images de synthèse.  
 
Premier court métrage français scénarisé réalisé entièrement en images de synthèse.  
  
 
== Description ==
 
== Description ==
Fruit d'une collaboration entre le département de la recherche de l'INA et les équipes de développement de SOGITEC qui ont acquis un savoir-faire en images de synthèse avec les simulateurs de vol.
+
Fruit d'une collaboration entre le département de la recherche de l'[[INA]] et les équipes de développement de [[Sogitec]] qui ont acquis un savoir-faire en images de synthèse avec les simulateurs de vol.
  
André Martin racontait que l'éclatement des facettes de la maison fut au départ un bug du logiciel qu'il récupéra dans sa scénarisation
+
[[André Martin]] racontait que l'éclatement des facettes de la maison fut au départ un bug du logiciel qu'il intégra dans sa scénarisation.
  
La date du générique est [[1983]] mais il semble bien que ce film fut réalisé en 1982.
+
La date du générique est [[1983]] mais il semble bien que ce film fut réalisé en 1982 (cf par exemple la bibliographie de Philippe Quéau in http://imagina.ina.fr/Imagina/97/Presse/interQueau.fr.html).
  
 
== Fiche technique ==
 
== Fiche technique ==
 
Le générique commence par la mention "''Image et son totalement synthétiques réalisés par des procédés numériques''"
 
Le générique commence par la mention "''Image et son totalement synthétiques réalisés par des procédés numériques''"
  
Réalisateurs : André Martin / Philippe Quéau
+
Réalisateurs : [[André Martin]] / [[Philippe Quéau]]
  
Direction et animation informatique SOGITEC : Claude Mechoulam / Xavier Nicolas
+
Direction et animation informatique [[Sogitec]]: [[Claude Mechoulam]] / [[Xavier Nicolas]]
  
 
Saisie informatique: Alain Grach, Jean-Luc Savarino, Daniel Poiroux
 
Saisie informatique: Alain Grach, Jean-Luc Savarino, Daniel Poiroux
Ligne 39 : Ligne 41 :
 
[[Image:Maison_vole4.jpg|300px|]]
 
[[Image:Maison_vole4.jpg|300px|]]
 
.
 
.
 +
== Presse ==
 +
:''Immédiatement après la diffusion du film informatisé «'' Maison Vole ''». le numéro un français de la synthése d'images a reçu quelque 200 demandes de renseignements émanant des universitaires, des professionnels de l'audiovisuel et des scientifiques. Une belle manière d'atteindre son but : promouvoir son savoir-faire en la matière, intéresser de nouveaux publics alors qu'il était surtout connu par ses réalisations en simulation aéronautique et spatiale.''
 +
 +
:''Le film raconte l'histoire d'une maison qui, étouffée par les immeubles environnants, s'évade à la campagne. Cette oeuvre d'une minute démontre avant tout l'étendue des possibilités offertes par l'utilisation des trois dimensions. La maison s'épluche et nous découvre son intérieur. Ses éléments, y compris chaque meuble, virevoltent selon des axes différents. On les observe donc sous tous leurs angles. La perfection des dégradés s'obtient grâce aux 16 millions de couleurs qui composent la palette graphique. Les images comptent en moyenne mille polygones. Chacune d'elles nécessite entre huit et douze minutes de calcul sur ordinateur.''
 +
 +
:::: <small> Les Echos industrie - 23 mai 1984 - dossier pour la ''Semaine internationale de l'image électronique'' à Biarritz </small>
  
 
== Voir aussi ==
 
== Voir aussi ==
  
 
[http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Quéau Philippe Quéau sur Wikipédia]
 
[http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Quéau Philippe Quéau sur Wikipédia]

Version du 28 septembre 2008 à 15:45

Film de une minute d'André Martin et Philippe Quéau produit par l'INA et la Sogitec.

Premier court métrage français scénarisé réalisé entièrement en images de synthèse.

Description

Fruit d'une collaboration entre le département de la recherche de l'INA et les équipes de développement de Sogitec qui ont acquis un savoir-faire en images de synthèse avec les simulateurs de vol.

André Martin racontait que l'éclatement des facettes de la maison fut au départ un bug du logiciel qu'il intégra dans sa scénarisation.

La date du générique est 1983 mais il semble bien que ce film fut réalisé en 1982 (cf par exemple la bibliographie de Philippe Quéau in http://imagina.ina.fr/Imagina/97/Presse/interQueau.fr.html).

Fiche technique

Le générique commence par la mention "Image et son totalement synthétiques réalisés par des procédés numériques"

Réalisateurs : André Martin / Philippe Quéau

Direction et animation informatique Sogitec: Claude Mechoulam / Xavier Nicolas

Saisie informatique: Alain Grach, Jean-Luc Savarino, Daniel Poiroux

Assistants de réalisation: Myriam Feuilloley, Clément Martin

Coordination de production: Christian Maire

Montage: Françoise Laporte

Musique: Geneviève Martin

Effets électro-acoustiques: Olivier Koechlin (Sogitec), Jean-Pierre Armand (IRCAM)

Bande son réalisée sur le processeur numérique en temps réel 4X (licence IRCAM)

Production : INA / SOGITEC AUDIOVISUEL

Année : 1983

Galerie

Maison vole1.jpg Maison vole2.jpg Maison vole3.jpg Maison vole4.jpg .

Presse

Immédiatement après la diffusion du film informatisé « Maison Vole ». le numéro un français de la synthése d'images a reçu quelque 200 demandes de renseignements émanant des universitaires, des professionnels de l'audiovisuel et des scientifiques. Une belle manière d'atteindre son but : promouvoir son savoir-faire en la matière, intéresser de nouveaux publics alors qu'il était surtout connu par ses réalisations en simulation aéronautique et spatiale.
Le film raconte l'histoire d'une maison qui, étouffée par les immeubles environnants, s'évade à la campagne. Cette oeuvre d'une minute démontre avant tout l'étendue des possibilités offertes par l'utilisation des trois dimensions. La maison s'épluche et nous découvre son intérieur. Ses éléments, y compris chaque meuble, virevoltent selon des axes différents. On les observe donc sous tous leurs angles. La perfection des dégradés s'obtient grâce aux 16 millions de couleurs qui composent la palette graphique. Les images comptent en moyenne mille polygones. Chacune d'elles nécessite entre huit et douze minutes de calcul sur ordinateur.
Les Echos industrie - 23 mai 1984 - dossier pour la Semaine internationale de l'image électronique à Biarritz

Voir aussi

Philippe Quéau sur Wikipédia