Sharp : Différence entre versions

De Histoire 3D Wiki
Aller à : navigation, rechercher
(Voir aussi)
(Témoignage de Jean-François Henry)
Ligne 21 : Ligne 21 :
 
:''Fin 81 j'étais directeur artistique et j'avais une campagne publicitaire à faire pour Sharp bureautique. Ils étaient connus pour la HiFi mais ils n'avaient aucune reconnaissance pour la bureautique et ils cherchaient à faire un film publicitaire qui fasse parler d'eux. J'avais une amie, Myriam Feuilloley, qui travaillait comme graphiste à l'INA qui avait été engagée pour faire le story board et la conception graphique d'un film en images de synthèse: [[Maison vole]] qui était le tout premier film fait en France par André Martin et Philippe Quéau. Elle m'appelle et me dit « ''tu devrais venir voir ce qu'on fait'' ». C'est vrai que moi à l'époque, l'image de synthèse c'était des fonds noirs avec des vecteurs verts. Donc quand j'ai vu ce qu'ils faisaient je me suis dit « ''c'est intéressant'' » est-ce que je ne pourrais pas vendre l'idée à Sharp ? Curieusement l'idée leur a plu, il faut dire que j'avais étayé le dossier avec quelques images car aux Etats-Unis quelques films publicitaires circulaient déjà mais surtout des films d'étudiants et de grandes universités, des choses assez remarquables.''  
 
:''Fin 81 j'étais directeur artistique et j'avais une campagne publicitaire à faire pour Sharp bureautique. Ils étaient connus pour la HiFi mais ils n'avaient aucune reconnaissance pour la bureautique et ils cherchaient à faire un film publicitaire qui fasse parler d'eux. J'avais une amie, Myriam Feuilloley, qui travaillait comme graphiste à l'INA qui avait été engagée pour faire le story board et la conception graphique d'un film en images de synthèse: [[Maison vole]] qui était le tout premier film fait en France par André Martin et Philippe Quéau. Elle m'appelle et me dit « ''tu devrais venir voir ce qu'on fait'' ». C'est vrai que moi à l'époque, l'image de synthèse c'était des fonds noirs avec des vecteurs verts. Donc quand j'ai vu ce qu'ils faisaient je me suis dit « ''c'est intéressant'' » est-ce que je ne pourrais pas vendre l'idée à Sharp ? Curieusement l'idée leur a plu, il faut dire que j'avais étayé le dossier avec quelques images car aux Etats-Unis quelques films publicitaires circulaient déjà mais surtout des films d'étudiants et de grandes universités, des choses assez remarquables.''  
  
:''Ils nous ont donc fait confiance et ainsi j'ai a pu réaliser en collaboration avec Xavier Nicolas le premier film publicitaire français entièrement en synthétique 3D. Je suis arrivé à la Sogitec car les images de [[Maison vole]] n'étaient pas calculées à l'[[INA d3D|INA]] qui n'avait pas d'ordinateur assez puissant mais à la [[Sogitec]] qui utilisait la nuit ses simulateurs de vol. Donc on arrivait à 19h et on travaillait toute la nuit avec des gens. Je tiens à les saluer là: Alain Grach, Jean-Luc Savarino, qui sont devenus des grands bonshommes de la 3D. Et bien ces gens-là travaillaient dans la journée pour faire de la simulation et le soir ils faisaient Sharp. Et grâce à ce film, et aux retombées de ce film qui a été primé partout, Xavier Nicolas qui était à l'époque le directeur de Sogitec audiovisuel, a pu monter le département images de synthèse de [[Sogitec]] qui a été la première société française à faire de l'image de synthèse 3D et moi j'ai quitté la pub et je suis allé les rejoindre pour vivre l'aventure.''
+
:''Ils nous ont donc fait confiance et ainsi j'ai a pu réaliser en collaboration avec Xavier Nicolas le premier film publicitaire français entièrement en synthétique 3D. Je suis arrivé à la Sogitec car les images de [[Maison vole]] n'étaient pas calculées à l'[[INA d3D|INA]] qui n'avait pas d'ordinateur assez puissant mais à la [[Sogitec]] qui utilisait la nuit ses simulateurs de vol. Donc on arrivait à 19h et on travaillait toute la nuit avec des gens. Je tiens à les saluer là: [[Alain Grach]], Jean-Luc Savarino, qui sont devenus des grands bonshommes de la 3D. Et bien ces gens-là travaillaient dans la journée pour faire de la simulation et le soir ils faisaient Sharp. Et grâce à ce film, et aux retombées de ce film qui a été primé partout, Xavier Nicolas qui était à l'époque le directeur de Sogitec audiovisuel, a pu monter le département images de synthèse de [[Sogitec]] qui a été la première société française à faire de l'image de synthèse 3D et moi j'ai quitté la pub et je suis allé les rejoindre pour vivre l'aventure.''
  
 
:'''Principe du film''' : ''Présentation d'une gamme de produit qui allait du photocopieur à l'ordinateur en passant par la calculette. Chaque objet vole dans un décor de science fiction différent et ils se  rejoignent pour constituer un vaisseau spatial qui part dans un voyage vers la perfection.''
 
:'''Principe du film''' : ''Présentation d'une gamme de produit qui allait du photocopieur à l'ordinateur en passant par la calculette. Chaque objet vole dans un décor de science fiction différent et ils se  rejoignent pour constituer un vaisseau spatial qui part dans un voyage vers la perfection.''

Version du 10 novembre 2010 à 12:57

Film publicitaire de 30 secondes pour Sharp, images de synthèse Sogitec, 1983

C'est le premier film publicitaire fabriqué par Sogitec.


Fiche technique

  • Réalisateur: Jerzy Kular
  • Directeur artistique: Jean-François Henry

Témoignage de Xavier Nicolas

La production du film « Sharp » a été un peu particulière par rapport à un montage traditionnel de film publicitaire puisque nous avons eu une très grande liberté d'action de la part de l'agence et du client. Nous avons eu, en quelque sorte, une carte blanche complète, quand à la création et à la mise en forme du film.
L'idée de la campagne de « Sharp » était, pour cette compagnie japonaise, de s'implanter en France et d'acquérir une notoriété en matière de produits bureautiques. Ils voulaient utiliser un « look » qui corresponde au type de machines qu'ils ont à vendre. Ils voulaient évidemment représenter une gamme entière de machines. Je crois qu'il y en a trente, qui ont du être digitalisées et dont nous avons fait venir les plans du Japon afin de les coder avec un maximum de détails.
Intervention de Xavier Nicolas, responsable du département "Image de synthèse" de Sogitec au Forum International des nouvelles images de Monte-Carlo, février 1984
in "Banc-titre, numéro hors série, juin 1984

Témoignage de Jean-François Henry

Fin 81 j'étais directeur artistique et j'avais une campagne publicitaire à faire pour Sharp bureautique. Ils étaient connus pour la HiFi mais ils n'avaient aucune reconnaissance pour la bureautique et ils cherchaient à faire un film publicitaire qui fasse parler d'eux. J'avais une amie, Myriam Feuilloley, qui travaillait comme graphiste à l'INA qui avait été engagée pour faire le story board et la conception graphique d'un film en images de synthèse: Maison vole qui était le tout premier film fait en France par André Martin et Philippe Quéau. Elle m'appelle et me dit « tu devrais venir voir ce qu'on fait ». C'est vrai que moi à l'époque, l'image de synthèse c'était des fonds noirs avec des vecteurs verts. Donc quand j'ai vu ce qu'ils faisaient je me suis dit « c'est intéressant » est-ce que je ne pourrais pas vendre l'idée à Sharp ? Curieusement l'idée leur a plu, il faut dire que j'avais étayé le dossier avec quelques images car aux Etats-Unis quelques films publicitaires circulaient déjà mais surtout des films d'étudiants et de grandes universités, des choses assez remarquables.
Ils nous ont donc fait confiance et ainsi j'ai a pu réaliser en collaboration avec Xavier Nicolas le premier film publicitaire français entièrement en synthétique 3D. Je suis arrivé à la Sogitec car les images de Maison vole n'étaient pas calculées à l'INA qui n'avait pas d'ordinateur assez puissant mais à la Sogitec qui utilisait la nuit ses simulateurs de vol. Donc on arrivait à 19h et on travaillait toute la nuit avec des gens. Je tiens à les saluer là: Alain Grach, Jean-Luc Savarino, qui sont devenus des grands bonshommes de la 3D. Et bien ces gens-là travaillaient dans la journée pour faire de la simulation et le soir ils faisaient Sharp. Et grâce à ce film, et aux retombées de ce film qui a été primé partout, Xavier Nicolas qui était à l'époque le directeur de Sogitec audiovisuel, a pu monter le département images de synthèse de Sogitec qui a été la première société française à faire de l'image de synthèse 3D et moi j'ai quitté la pub et je suis allé les rejoindre pour vivre l'aventure.
Principe du film : Présentation d'une gamme de produit qui allait du photocopieur à l'ordinateur en passant par la calculette. Chaque objet vole dans un décor de science fiction différent et ils se rejoignent pour constituer un vaisseau spatial qui part dans un voyage vers la perfection.
Quand ce film a été balancé dans les salles de cinéma, il était tellement parfait que personne ne s'est rendu compte que c'était de l'image de synthèse alors que nous on était très angoissés en pensant que tout le monde allait voir que c'était des images faites sur ordinateur.
Interview du 13 octobre 2008 par Ion Babeanu. Moyens techniques INA.

Galerie

Sharp-1.jpg Sharp-2.jpg Sharp-3.jpg
Sharp-4.jpg Sharp-5.jpg Sharp-6.jpg
Sharp-7.jpg Sharp-8.jpg

Voir aussi

Présentation de ce film par Xavier Nicolas et Jerzy Kular suivie de la projection du film lors de leur conférence à fmx/09 (à partir de 9mn10)

La pub Sharp sur YouTube

La pub Sharp sur ina.fr